Association de Psychanalyse et d’Anthropologie Recherche Transmission Echange

Accueil du site > Ecrits > Textes, hommages, bibliographies

Textes, hommages, bibliographies

vendredi 13 juin 2014, par Eva Landa

Hommages à Myriam Fix et Geneviève Daudé :

Chère Myriam, je suis si triste que vous nous ayez quittés, et si heureuse aussi à la pensée de votre délivrance. Tous ces derniers temps d’espoirs et de déceptions, de remontées patientes et de dégringolades brutales, tous ces derniers temps insupportables, vous les avez traversés d’une manière qui faisait mon admiration chaque fois que j’allais vous voir. Mais il n’est pour tracer votre portrait, que de relever les termes avec lequels nos collègues ont exprimé leur tristesse et leur vision de vous : les termes de douceur, de délicatesse, de discrétion, de finesse, de soif de connaissance, et, bien au delà : de vérité ambulante ! Et moi, quel souvenir je garderai de vous ? Celui d’une personne qui, en proie à tant de difficultés et de drames, avait su garder une dignité, un courage, et, je dirai une beauté sur votre visage et tout votre être. Je n’oublierai pas ce dernier voyage à Gisors et cette promenade dans la forêt, où l’impression que vous donniez dans toute votre personne, était celle d’une harmonie avec la splendeur du paysage. Adieu, chère Myriam, veillez sur notre groupe, avec votre finesse légèrement ironique et votre lucidité mesurée. Adieu, chère Myriam, nous ne vous oublierons pas.

Maria Pierrakos, le 30 mars 2018.

..........................................................................................................

Lundi 2 avril, Geneviève Daudé, en vacances au Cap Vert, a été terrassée par une crise cardiaque lors d’une randonnée en montagne. Nous nous souvenons de son travail assidu et singulier, de sa présence dans notre groupe de supervision interdisciplinaire de Cahors depuis plus de 5 ans.

C’est une nouvelle perte douloureuse pour notre association.

Geneviève, nous pensons à toi qui disait lors d’une intervention sur le thème de la transmission à St Alban en 2016, peu avant de prendre sa retraite :

"Difficile de transmettre, de trouver des ponts, des articulations, de trouver le temps de lire, d’expliquer, d’être entendu et écouté…, mais je crois que nous ne prenons pas le temps, peut-être avons-nous tendance à travailler à l’économie ; nous fonctionnons au minimum dans le rapport à l’autre."

Elle concluait ainsi : “Il est important également de réussir sa sortie, car le plus difficile ne sera pas de ne plus se lever le matin mais de ne plus être dans le collectif, dans la rencontre avec l’autre et sa folie, là, au ras des pâquerettes…”

Marc Jourdan et Michel Grinfeder